PLANS-FIXES – Jacques Guhl : Ballons et poésies

Première projection du film Plans-Fixes “Jacques Guhl : Ballons et poésies”
le mercredi 13 juin 2018 à 19h, au Petithéâtre de Sion
Interlocuteurs : Jean-François Amiguet et Gilles Vuissoz


Qu’ont donc en commun le football et le théâtre? Pour Jacques Guhl, footballeur de légende, comédien, poète, dramaturge et auteur de scénarios, c’est une évidence: le foot et le théâtre sont, à chaque fois, des «combats d’idée». Dans ce Plans-Fixes qui se déroule sous la forme de notes et contrenotes, celui qui fut un brillant avant-centre sur le terrain, créateur d’une école de football à Sion, rappelle que «le foot, c’est d’abord l’enfance; si on ne sait pas ça, on ne sait rien!» Il en va de même du théâtre, de l’aventure des Faux-Nez, à Lausanne, où se joue l’une de ses pièces, «Napoléon Tropique, histoire de rire en cinq tableaux» à celle du Petithéâtre de Sion qu’il fonde en 1975. Toujours surprenant et philosophe – une défaite vaut parfois mieux qu’une victoire! – Jacques Guhl regrette que, dans un monde où tout va vite, on n’ait plus «la passion d’attendre». Une passion à laquelle il a tout sacrifié car, dit-il, «chacun est responsable du spectacle qu’il présente».

Tourné les 1er février 2013 et 25 mai 2016, à Sion

Distribution
À propos de Plans-Fixes

  • Image : Camille Cottagnoud
    Montage : Gilles Vuissoz
    Mixage son : Lionel Darbellay
    Délégué de production : Alexandre Mejenski
     
    avec le soutien de : Association Suisse de Football, Dimension cinq

  • Collection des films Plans-Fixes
     
    Le concept n’a pas changé depuis 1977, les films sont réalisés en cinq plans fixes tournés sans reprises ni coupures, en un seul lieu et en une seule journée. Ils durent environ 50 minutes. L’entretien a lieu le plus souvent chez la personne sujet du film. Son interlocuteur n’est généralement pas visible à l’écran, ce qui donne un sentiment d’intimité avec le sujet d’où le sous-titre des films Plans-Fixes : un visage, une voix, une vie.
     
    Le tournage en cinq séquences de 10 minutes était autrefois lié à la durée d’un chargeur de caméra film. Désormais les tournages sont réalisés en numérique, donc sans contrainte de durée, mais le principe du noir/blanc, de cinquante minutes et des plans fixes sans reprises ni montage a été conservé. La collection conserve ainsi son unité de style.
     
    Informations : www.plansfixes.ch
     


le mercredi 13 juin 2018 à 19h
entrée gratuite






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


@