CANTIQUE DES CANTIQUES

L’association Musiques & Textes et la Compagnie Libre d’improviser présentent
une conception et mise en scène collective, avec : Delphine Klockner, Christophe Nicolas, Antonin Mello, Luc Fuchs, Christophe Daverio et Eddy Savioz.
Première le samedi 23 mars 2019 à 20h15 à l’Église des Jésuites, Sion.

RÉSERVATIONS

Cantique des Cantiques est un dialogue entre quatre instrumentistes, une artiste lyrique et un comédien. Ensemble, ils traversent Le Cantique des Cantiques, et nous font vivre cette œuvre, tant par la déclamation du texte, que par sa psalmodie et son interprétation libre par la voix de divers instruments. L’artiste lyrique et le comédien en restituent la poétique par les mots, tant chantés que récités, tandis que les instrumentistes donnent le contrepoint à ces premières voix, et disent mieux que les mots ne peuvent le faire la légèreté du sentiment amoureux, sa force et son immédiateté.

Mais c’est dans le va-et-vient entre le sens des mots et leur musicalité que notre projet trouve sa structure ; dans l’oscillation entre le besoin de comprendre le fil narratif et la nécessité de laisser leur musicalité s’exprimer.

Cet événement aura lieu dans l’Église des Jésuites, à deux pas du Petithéâtre de Sion. L’accueil, la billetterie, le bar et la verrée qui suit se feront directement au Petithéâtre.
Distribution
Intentions
  • chant : Delphine Klockner
    narration : Christophe Nicolas
    guitare : Antonin Mello
    clarinette basse : Luc Fuchs
    violoncelle : Christophe Daverio
    percussions : Eddy Savioz

  • Historique du projet
    L’improvisation libre est partie intégrante de la pratique musicale de chacun des artistes.
    Confronter le champ infini de ce genre d’exploration musicale au fini d’un texte constitue une gageure: il s’agit de permettre à la musique d’être toute à sa liberté, en favorisant sa perméabilité au sens des mots.
    Le texte, dans nos expériences de musique improvisée, loin de devenir une partition de laquelle on ne déroge pas d’une virgule ou d’un bémol, devient un matériau à la fois destiné à la narration et à la musique: il est fait de mots autant que de sons et devient intelligible autant qu’audible.
     
    Le choix de la thématique du sentiment amoureux
    Le sentiment amoureux est une délicieuse résistance à s’aimer soi-même.
    Le sentiment amoureux, proprement indicible, est d’une telle puissance qu’il incite à ce qu’on en rende compte: il donne des ailes littéraires au plus timoré des êtres humains. Véritable phyltre, il délie les plumes de ceux qui le vivent et autorise toutes les licences d’orthographe, de vocabulaire, de style et de forme, dans une adresse à l’être aimé .
    Ces images que nous projetons sur l’autre — ce miroir que nous lui demandons de nous tendre — nous éblouissent et, dans cette lucidité aveugle, nous inventons une réalité qui prend forme autour de l’être aimé, de son corps et de son monde.
    Quel que soit notre talent poétique, nous tentons de transcrire cette réalité car il faut bien qu’il reste quelque chose de ce que nous voudrions éternel et que nous devinons éphémère.
    Notre projet est de mettre les mots en expansion au contact de la musique et de créer un instant présent qui témoigne de la félicité des amoureux qui s’expriment.
     
    La musique comme protagoniste
    Le concert de six interprètes
    Notre spectacle consiste, dans sa forme, en un dialogue entre un texte et une ou des musiques.
    Mais, plus que de simples adjuvants esthétiques, ces musiques en éclairent véritablement le fond, en donnant une réelle substance à cet indicible qui nous exalte.
    Lors de nos expérimentations préliminaires, nous avons soin de laisser la musique dilater le sens des mots et, en retour, de permettre aux versets de devenir des manières de couplets qui trouvent leur forme dans l’instant-même.
    Ces rencontres exploratoires nous rendent aussi attentifs au temps de l’écoute de la musique; nous proposons ainsi un voyage en trois étapes d’un peu moins d’une heure chacune, pour donner une respiration au tout et permettre à l’attention du public et des exécutants de se restaurer.
     
    Le Cantique des Cantiques, poésie profane et musique sacrée?
    L’état amoureux est-il une grâce qui nous met à l’abri des poncifs?
    La place qu’occupe ce poème dans l’Ancien Testament n’a cessé d’être un sujet de questionnement. La réalité qui y est révélée, toute ancienne et sujette à interprétation qu’elle puisse être, dans ce contexte littéraire précis, est profondément enraciné dans les sens et dans la chair.
    Les différents locuteurs que les traducteurs ont décelés dans le texte, lui donnent un ancrage terrestre voire même géographique et l’inscrivent dans le contexte d’une société, avec les différents membres qui la constituent.
    C’est précisément cette contextualisation qui donne son caractère narratif au poème et propose des clés de lecture pour en rendre compte: ce sont les images qui sont parvenues à nous, cachées au coeur d’un texte biblique, qui nous permettent de nous reconnaître dans la joie partagée d’une femme et d’un homme qui vivent l’état amoureux.
    Notre choix d’improviser en musique et en déclamation sur ce texte tient peut-être du besoin de spiritualité qui réside en chacun de nous.

RÉSERVATIONS le samedi 23 mars 2019, 20h15
billetterie au Petithéâtre de Sion, avant la représentation
plein tarif : CHF 30.- / tarif réduit : CHF 20.-
entrée libre : 20 ans 100 francs et pass bienvenue





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


@