08 – AUTOUR D’ALOÏSE

Du 18 au 20 février 2016
jeudi à 19h, vendredi à 20h30, samedi à 19h
Attention : complet les vendredi 19 et samedi 20 février !


Affiche de "Autour d'Aloïse"Autour d’Aloïse, d’après Aloïse Corbaz, par la compagnie Dog Production (CH)

Aloïse Corbaz (1886-1964) est une figure emblématique de l’art brut. D’abord couturière, elle rêve de devenir cantatrice. Aloïse, c’est aussi une amoureuse folle : que ce soit de Joseph Sauvage – prêtre français défroqué – ou de l’Empereur Guillaume II, elle vit ses passions amoureuses avec beaucoup d’exaltation. Aloïse, c’est enfin l’auteur d’une cosmogonie personnelle peuplée de princes et d’héroïnes historiques au destin tragique.

Aloïse, c’est l’histoire d’un meurtre et d’une renaissance. Le meurtre d’une femme douée passionnée, ambitieuse mais systématique éconduite par ses aspirations affectives, cutlurelles, professionnelles, niée dans sa personne et internée à une époque où l’asile psychiatrique était encore essentiellement un lieu de détention.

Aloïse ne s’est pas livrée à la peinture comme à une occupation de malade internée mais comme à l’unique solution de survie. Michel Thévoz

Distribution
À propos d'Aloïse
Presse
  • mise en scène : Sébastien Ribaux
    jeu : Juliette Flipo, Anne‐Sophie Rohr‐Cettou, Delphine Rudasigwa
    musique : Benoît Moreau, Ariel Garcia, Luc Müller
    collaboration artistique : Sophie Pasquet-Racine
    création lumière & régie : David Baumgartner
    son : Raphaël Raccuia
    scénographie : Yangalie Kohlbrenner
    costumes : Scilla Ilardo
    administration : Stéphane Frein
     
    avec le soutien de : Loterie Romande, canton de Vaud, La Mobilière Assurance, Migros Vaud, Malévoz Quartier Culturel, Ville de Lausanne, Fondation Leenaards, Fondation Emilie Gourd, SIS, Fondation Ernst Göhner

  • Aloïse Corbaz est est une figure emblématique de l’art brut, elle est née le 28 juin 1886 à Lausanne où elle passe sa jeunesse dans la maison familiale à la rue du Petit Rocher 3. Elle obtient un diplôme de culture générale à l’école secondaire et suit des cours de chant, son rêve était de devenir cantatrice. Elle apprend la couture dans une l’école professionnelle et exerce un temps comme surveillante dans divers pensionnats lausannois.
     
    Portrait Aloïse CorbazElle tombe  follement amoureuse d’un prêtre français défroqué, Joseph Sauvage, qui vivait dans la maison voisine, chez son frère Henri. Les amants se retrouvaient le soir en secret et échangeaient une ardente correspondance aujourd’hui détruite. Sa soeur ainée Marguerite, qui a pris les rennes de la famille suite à la mort de leur mère, met fin à cette relation et au scandale et envoie Aloïse en Allemagne. Elle y rencontre le chapelain de l’empereur Guillaume II qui l’engage comme gouvernante de ses filles à la cour. Elle vit donc dans le monde de la cour au Château de Sans-Souci. Elle chante pour l’empereur dans sa chapelle et elle s’éprend alors éperdument de lui un jour où elle le voit défiler à chaval et vit une passion amoureuse insensée et imaginaire.
     
    Aloïse rentre en Suisse avant la Première Guerre mondiale. Elle passe alors par des crises d’agitation, de zèle religieux, humanitaire et antimilitariste qui décident sa famille à la faire interner en 1918 à l’Asile de Cery à Prilly près de Lausanne. Son état ne s’améliorant pas, dès 1920, elle est internée jusqu’à sa mort en 1964 à l’asile de la Rosière à Gimel, dépendance de l’hôpital de Cery où elle offre ses services pour repasser et raccommoder les tabliers des infirmières. Après une période de mutisme, elle commence à écrire et à dessiner sur sa table de repassage, au départ avec des moyens de fortune, puis avec du matériel fourni par certains médecins et infirmières.
     
    Les thèmes que l’on retrouve régulièrement dans son œuvre sont le couple amoureux, le théâtre, l’opéra, les grandes reines de l’histoire au destin tragique. Beaucoup de scènes se déroulent sur fond de fêtes de Pâques ou de Noël. Elle utilise principalement les crayons de couleur et la craie grasse et privilégie les couleurs vives qui  caractérise son œuvre.
     
    Lors de son hospitalisation, elle se considère comme morte au monde naturel ancien d’autrefois. Elle n’est plus que de la terre noire. Grâce au sytème du ricochet solaire qu’elle s’invente, cette terre noire peut reprendre vie en éléments innombrables et dissociés dans l’univers qui captent tous les rayons de lumière qui se transforment en une multitude d’images. Ce sytème du ricochet solaire lui permet de s’identifier à n’importe quel être, n’importe quelle chose, n’importe quel élément, en tous lieux et en même temps.

  • Critique de “Autour d’Aloïse” dans le journal 24 heures :"Autour d'Aloïse" Critique du 24 heures
     
    Interview de Sébastien Ribaux dans “Les matinales d’Espace 2” :
    www.rts.ch/espace-2/programmes/matinales/7218747-les-matinales-d-espace-2-du-16-11-2015.html


durée : 65 min.   âge conseillé : dès 14 ans
plein tarif : 30.- CHF, tarif réduit : 20.- CHF (gratuit pour les titulaires de la carte 20 ans 100 francs)
réservations sur www.petitheatre.ch/reservations ou au 027 321 23 41.






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


@