Chronique de Magali Charlet à propos du spectacle 05 – Lorsque 5 ans seront passés (saison 2019-2020).

Dans ta maison, tu aimes que rien n’entre. Sauf l’amour. Sauf le vent. Lames chaudes. Tu dis que tu éradiques les petits brins d’herbe vert tendre qui poussent dans ta terre battue. Mais tu écartes les meubles en noyer pour leur faire de la place.

Sous ton front, les images ne changent pas. Les mots sont à leur place. Peut-on dessiner la carte des déserts de sable ? Tu fixes les reflets du jasmin et de l’écume. À l’encre bleue sur ta peau claire. Quel est ton âge ? Comptes-tu les jours en crépuscules ? En neige ?

L’enfance est morte et rit contre les murs. Elle refuse son linceul, sème des fleurs dans le jardin. Ton impatience dit ton désespoir. Qui distribue les cartes ? Tu ne joues plus ? C’est ton tour pourtant. Un oracle tracerait ton chemin de cœur et de sang. La vérité est trouble comme l’eau d’un puits qui s’assèche.

Personne ne ment jamais. C’est le dedans et le dehors du monde. Qu’as-tu compris ? Le village s’est déguisé pour le cortège. L’anneau d’or retourne à la roche. Tu oublieras ton chapeau en t’endormant.

Lorsque 5 ans seront passés (photo : Céline Ribordy)

par Magali Charlet

Magali a de nombreuses cordes à son arc ! Elle a notamment été active pendant plus d'une année au sein de l'équipe du Petithéâtre et elle est, depuis, restée une habituée du lieu et une blogueuse régulière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


@