C’est parti mon kiki

Date : 10 septembre 2019
Chronique de Magali Charlet à propos de la soirée de lancement de saison 2019-2020 et du concert de Trompe-la-mort.

Depuis la mi-août, tous les deux jours, je vais sur le site internet du Petithéâtre de Sion pour voir ce qu’on nous a concocté et me réjouir. Voyez-vous, mi-août, c’est la fin des vacances d’été, la fin de l’été, l’automne qui approche, et hormis le programme du Petithéâtre, les filets de cerf à la Fête de la châtaigne et les vacances d’octobre, il y a peu de choses qui compensent les chocs thermiques 15h vs 22h, le stress qui se faufile sournoisement dans mon système nerveux, et l’idée que bientôt, ce sera l’hiver et que le cheval sera complètement hystérique parce qu’on ne pourra plus galoper sur les berges du Rhône (pour cause de gel). Donc je me disais, fin août, qu’est-ce qu’il fout Michaël à pas avoir encore mis le programme ???!!!

Le Petithéâtre de Sion, c’est pour moi une flopée de joyeux souvenirs, un lieu stimulant, une suite de découvertes plus ou moins désopilantes, plus ou moins émouvantes, parfois agaçantes, des remises en question, des soirées à boire pas beaucoup d’eau, bref, tout ce qui est bon dans la vie s’y trouve.

On nous annonce (début septembre), un nouveau déchiré de rideau. Et on nous invite à une soirée de lancement de la nouvelle saison. On s’y rend, Rachel est la personne/barwoman la plus formidablement belle et incongrue de l’univers, et on est trop contents de découvrir que c’est Mali Van Valenberg qui déchire ledit rideau. Je trouve que Mali est une merveille du monde (personne + comédienne). N’ayons pas peur des mots. Puis on se laisse bercer en dandinant un peu du postérieur sur nos chaises en moquette en écoutant Alain Mudry qui chante des textes dont on ne saisit pas tout (question de phrasé) et qui font penser à Noir Désir (ce qui est mieux que Joe Dassin question référence, même si certains pensent que Joe Dassin a inventé toute la musique), on remonte fumer des clopes dans la rue pavée et on va se coucher beaucoup trop tard.

Sans le Petithéâtre et sa programmation pleine d’intelligence et de liberté, son accueil oh combien généreux et le bon goût du staff question aménagement du territoire, l’automne serait plus triste. Geneviève Guhl m’a dit une fois, concernant l’utilité de la culture : « imagine une ville sans parcs ». Pas nécessaire, l’espace vert (Sion ville minérale…), mais hautement profitable.

Merci donc (c’est gnangnan mais j’ai pas d’autre terme), et belle saison 2019-2020 à tous !

par Magali Charlet

Magali a de nombreuses cordes à son arc ! Elle a notamment été active pendant plus d'une année au sein de l'équipe du Petithéâtre et elle est, depuis, restée une habituée du lieu et une blogueuse régulière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


@