Chronique de Pierre-André Milhit à propos du spectacle Paysage intérieur brut (saison 2018-2019).

personne ne sent le parfum de la rose trémière
plantée là devant le mur de cuisine
personne n’entend le trille du pinson
perché là dans le pommier à pommes
personne ne voit le sourire du chou dans le potager
penché là devant son destin de choucroute

à la ferme personne ne sent plus rien
personne n’entend plus rien
personne ne voit plus rien
à la ferme le bonheur anesthésie
le bonheur réconforte et console
le bonheur tutoie l’éternité et vousoie la folie

le bonheur à la ferme n’est qu’une histoire de trous
trou pour ingurgiter trou pour déverser trou pour remplir le vide
trou pour évacuer trou pour expulser trou pour détricoter le vide

le bonheur à la ferme se mesure
en kilos de lait
en vêlages réussis
en citernes de lisier
en bouteilles d’alcool
en boîtes de neuroleptiques

la mère danse sur des bouteilles vides comme au cirque
heureusement il y a le souvenir d’une autre vie
le paysan compte ses bestiaux sur le calendrier du vétérinaire
heureusement il y a les vols de corbeaux sur les champs de maïs
la femme du paysan lave et relave tout ce qui est à laver et à relaver
heureusement il y a le tablier fourreau pour essuyer les larmes et la morve
le chien mène sa vie de chien de ferme pas pire que chien d’aveugle
heureusement il y a les fémurs de charolais ça c’est du charolais

pour un peu
le boucher se suicidera avec son couteau à désosser
le vétérinaire essuiera ses mains sur la poitrine de la femme du paysan
le paysan fera de l’aquarelle avec des pigments de sang et de purin
la femme du paysan finira l’équarrissage de son ancien patron
le chien suivra des cours de véganisme heureux

pour un peu
le bonheur peut changer de camp

Paysage Intérieur Brut (photo : Dorothée Thébert Filliger)

par Pierre-André Milhit

Pierre-André Milhit est né en 1954 à Saxon et vit aujourd'hui à Montorge sur Sion. Il a pratiqué treize métiers parmi lesquels chauffeur-livreur, employé de pompes funèbres, garçon de café. Il est désormais travailleur social et rédige régulièrement des chroniques pour ce blog.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


@