— dis-moi que tu m’aimes.

— ne dis rien, je te dirai mon hortensia mauve, ma prairie de ciguë, mon étalon aux couilles de bronze ; ne dis rien, ne me dis rien, je te raconterai comment ma cervelle connecte les points sensibles, comment ma poitrine se met en mode désir, comment la forge de mon sexe libère l’énergie.

— dis-moi, dis-moi au moins que tu m’aimes, je suis perdu, je veux me perdre, je suis mendiant, j’ai les poches pleines, je suis neuf, ma chemise est de rouille et de vert-de-gris ; si tu m’aimes, je quitte ma vie de brancard et de compost. si tu me dis que tu m’aimes, j’abandonne les phrases bleues du mièvre et du mépris ; dis-moi que tu m’aimes, et je rendrai grâce à ton cul comme au premier matin de mai.

— ne dis rien, tu parles trop ; laisse cela à tes mains, à ton ventre, à ton sexe, laisse parler ton corps, laisse mon corps lui répondre, laisse à nos corps le soin de se parler, l’amour n’a pas d’utilité ni d’importance ; tu parles trop, regarde mes lèvres, écoute les gémissements de mon ventre, hume mon odeur, goûte ma peau, pétris mes seins et mes fesses ; délaisse la raison, ne dis rien, je te badigeonnerai de mauve, je te délierai du secret de l’étalon, je te laisserai boire ma ciguë.

— dis-moi que tu ne m’aimes pas, et nous copulerons comme les insectes, les oiseaux, les mammifères, les reptiliens ; entre toi et moi c’est le cerveau reptilien qui décide ; tu ne m’aimes pas, c’est toi la foudre, c’est moi l’incendie, c’est nous le volcan.

— je voudrais simplement que tu demandes ma main, après avoir tant et tant joui de mon corps ; je voudrais que tu m’épouses et que l’on se taise ; l’amour et le sexe n’ont ni utilité ni importance ; simplement te répondre, oui, te répondre oui.

 

Je me mets au milieu mais laissez-moi dormir (photo: dr)

par Pierre-André Milhit

Pierre-André Milhit est né en 1954 à Saxon et vit aujourd'hui à Montorge sur Sion. Il a pratiqué treize métiers parmi lesquels chauffeur-livreur, employé de pompes funèbres, garçon de café. Il est désormais travailleur social et rédige régulièrement des chroniques pour ce blog.


Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

@