On ne sait pas tout, on ne nous montre pas tout. On nous explique un peu, on comprend un peu… Il y a des sous-entendus, des éléments implicites qui se superposent à d’autres complètement explicites. Dora la folle furieuse est devenue catatonique, depuis plusieurs années maintenant. Comment fait-elle pour travailler? Comme un robot? Elle est d’ une mollesse impressionnante, assommée par les médocs, plus elle même, vide de vivacité, vide d’émotions! Et puis on décide que oui, on veut bien la revoir cette fêlée. Alors on arrête les pilules et on laisse réapparaître sa “fêlure aux étages supérieurs”. Elle est gentille, naïve, on abuse d’elle, elle aime “baiser”, c’est elle qui le dit. Mais que sait-elle vraiment après toutes ces années où son existence a été bridée? Et puis était-ce vraiment elle qui avait un problème? Au sortir de sa léthargie et de retour dans une réalité qu’elle doit s’approprier, c’est une agnelle croquée par le grand méchant loup.

Les névroses sexuelles de nos parents (photo : Martin Reeve)

par Cristina Buemi

Chercheuse passionnée de pépites littéraires et musicales, Cristina fréquente régulièrement le Petithéâtre. Danseuse à ses heures perdues, elle a toujours un stylo dans son sac pour écrire un mot, un hémistiche ou quelques lignes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


@