Lisières

Date : 21 novembre 2017
Chronique à propos du spectacle 04 – Donkeyport (saison 2017-2018).

A qui est cette peau ? La revêtir, pour essayer. L’enlever ? La garder. La laisser fusionner avec la première, deuxième couche, troisième ? Phagocyter, éventuellement. Pourrir sur soi. La ranger quelque part. Se faire un thé.

Palper le monde, qui est dehors, par le dedans. C’est poreux ! Y rentre tout et n’importe quoi. C’est étrange. Ça m’enferme ou ça me contient ? Peau pénétrée. Après ça reste dedans. Surimpressions.

Être comme des enfants et arpenter joyeusement le monde qui s’étale en ondes à partir de soi. Toujours à partir de soi. Seulement. L’âne ou l’ange ? Aller vers l’autre. Enjamber.

Peau réelle, peau psychique. S’élancer contre un mur, rebondir vers l’arrière, recommencer. Chercher des réminiscences, peut-être. Des textures. Une bestiole. Limite entre le monde intérieur et le monde extérieur.

Toucher l’autre pour voir quelle trace ça laisse sous les mains. Toucher l’autre avec tout le corps pour faire l’expérience, sentir l’espace contre. Homme et femme. Autre.

Quoi faire avec l’âne ? Peut-on jouer avec ? Est-ce que toujours, on le sacrifie ? Mais pourquoi est-ce qu’il obtempère si facilement ? Pour le gîte et le couvert ?

Le corps nu. Livré en pâture. Tu irais, toi, te mettre à poil dans un parc ? Ce n’est pas rien, de montrer sa peau. Ce n’est pas rien d’être seins nus au milieu des arbres et des gens.

Avec tes jambes, tu fais des oreilles d’âne. Sorte d’ombres chinoises. Contrarié, content, aux aguets, dubitatif, chasse un insecte, écoute, réfléchit. Regarde le bord de l’enclos ? Voix sépulcrale. Il y a toujours une ligne d’herbe et quelques feuilles, juste sous la barrière, entre deux bouts de terre foulée mille fois par du bétail.

Donkeyport (photo : Sabine Zaalene)

par Magali Charlet

Magali a de nombreuses cordes à son arc ! Elle a notamment été active pendant plus d’une année au sein de l’équipe du Petithéâtre et elle est, depuis, restée une habituée du lieu et une blogueuse régulière.


Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

@