Inconnaissable

Date : 16 mars 2017
Chronique à propos du spectacle : 08 – Manque (saison 2016-2017).

Il y a des moments comme ça où tu ne peux pas te concentrer. Tu restes insensible au son du violon, à la douleur de ces femmes dans les yeux desquelles tu pourrais normalement te reconnaître un peu, parfois un peu plus. Mais quand tu n’en peux plus c’est du vide que tu ressens. Et tu voudrais être là, ancrée dans le présent, mais tu n’arrives pas. Ton cœur n’est plus qu’un hématome de la taille d’un poing et ton esprit est anesthésié. Parfois un mot, une phrase amorce un réveil mais ça reste furtif. Car oui, des belles phrases pleines de sens il y en a eu, les comédiennes étaient bien là elles, occupant de tout leur art la scène, qui plus intrigante, qui moins. Chacune unique et importante et torturée de quelque manière. Et toi dans le noir qui ne comprends rien, qui arrive à peine à écouter, il te manque la sensibilité là… et tu te demandes où elle s’en est allée et pourquoi maintenant !? Épuisée, vide et impuissante. Désespérée, le manque est établi.

par Cristina Buemi

Chercheuse passionnée de pépites littéraires et musicales, Cristina fréquente régulièrement le Petithéâtre. Danseuse à ses heures perdues, elle a toujours un stylo dans son sac pour écrire un mot, un hémistiche ou quelques lignes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


@