Chronique à propos du spectacle : 08 – Manque (saison 2016-2017).

Quelle belle idée de revisiter cette pièce méconnue (en tout cas de moi) du répertoire classique… L’élégance du langage est tout de même un “plus” lorsqu’il s’agit de dire simplement des sentiments complexes. Aujourd’hui comme hier, aimer n’est pas simple, contrairement à ce que prétend la chanson !

Disons plutôt que l’attitude juste devient simple lorsqu’elle est juste, précisément…. Encore faut-il qu’elle le soit !

C’est un thème cher à l’auteur de On ne badine pas avec l’amour qui nous fut offert avec L’Âne et le Ruisseau, très bien joué avec une mise en scène de Christian Geffroy Schlitter aussi sobre qu’efficace.

L’Âne et le Ruisseau (photo : Isabelle Meister)

par Marc Robert

Marc est un coumâra du Petithéâtre. Il est infirmier clinicien, de nationalité suisse et canadienne, études en anthropologie. Intérêt marqué pour la littérature et le théâtre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


@